Pour répondre au défi du déploiement de la fibre optique en Loire-Atlantique, les entreprises sous-traitantes sont confrontées à une pénurie de main d’œuvre qualifiée. L'AFPA, sur sollicitation du Groupement d'employeurs pour l'insertion et la qualification (GEIQ) BTP44 vient de mettre en place un plateau technique dédié aux formations aux métiers de la fibre.

Un plateau technique dédié aux formations aux métiers de la fibre

D’une durée de 10 mois, la formation assurée par l’AFPA sur le plateau technique dédié, permet aux stagiaires d’intervenir sur l’ensemble des phases de déploiement (transport, distribution, branchement abonné). La formation consiste à réaliser l’audit d’une infrastructure réseau, les travaux de tirage/déroulage de la fibre optique, les travaux de raccordement et à être en capacité d’effectuer l’analyse de données de mesure.

 

 

Le Département et Orange s’engagent pour l’emploi local

 

Le Département de la Loire-Atlantique et Orange ont signé le 28 avril 2017 un marché de conception, réalisation, exploitation, maintenance (CREM) pour déployer un réseau en fibre optique (FttH) d’initiative publique en Loire-Atlantique.

 

Celui-ci se traduit par un investissement public de 108 M€ pour l’équipement de 108 000 prises en fibre optique, dont les premiers raccordements ont commencé en début d’année.

 

Le marché signé par le Département et Orange prévoit un engagement fort en matière d’emploi local : 65 000 heures d’insertion, la création de 29 emplois et le recrutement de 11 apprentis.

Dans ce cadre, 1 800 heures d’insertion professionnelle ont déjà été réalisées depuis le mois de février.

 

 Philippe Grosvalet, président du Département de Loire-Atlantique :

« Le déploiement de la fibre optique en Loire-Atlantique est évidemment une bonne nouvelle pour les habitants et les entreprises qui vont en bénéficier. Je me réjouis de la démarche initiée par les acteurs de la filière pour répondre au marché passé entre le Département et Orange : le plateau technique créé à l’AFPA offre de belles opportunités en termes de formation et d’emploi local. En tant que chef de file de l’action sociale, nous sommes particulièrement attentifs aux opportunités suscitées par ce grand chantier : l’accès à cette formation pour les personnes éloignées de l’emploi et les 65 000 heures d’insertion prévues dans notre marché. »