La plateforme Mententu Matuvu est un service d’administration en ligne pensé pour les personnes en situation de handicap. Pourvue de différentes possibilités de paramétrages et de fonctionnalités « visio-texto-audio », le service est accessible, aux personnes quel que soit leur handicap (visuel, auditif, mental, moteur, psychique). L’utilisation de la plateforme ne nécessite pas d’accompagnement par les aidants, la personne en situation de handicap peut s’en servir en autonomie en étant guidée le cas échéant par les professionnels connectés.

Le contexte

Selon les inventeurs du projet :

  • Lorsqu’une personne est non-équipée en matériel informatique et non pourvue d’accès personnel à Internet, c’est rarement par choix, mais plutôt lié à des facteurs économiques, d’illectronisme ou encore d’inadéquation du matériel aux facultés des personnes ;
  • L’expression « fracture numérique » est très répandue et de connotation négative, il serait bon de valoriser davantage les démarches et possibilités d’inclusion sociale par la littératie numérique ;
  • Des activités créatives, manuelles ou numériques peuvent aider des personnes qui vivent une situation d’apparition du handicap à surmonter cette épreuve (par exemple écriture et autoédition d’un livre) ;
  • L’utilisation de robots intelligents peut stimuler les enfants atteints de troubles envahissants du développement tel que l’autisme et favoriser leurs apprentissages ;
  • L’e-administration montre ses limites lorsqu’il n’est pas possible de recontacter les interlocuteurs avec lesquels on s’est déjà entretenus (absence de référent fixe) ;
  • Les services administratifs à distance (en ligne ou par téléphone) peuvent être particulièrement utiles aux personnes qui ne peuvent pas se déplacer aisément et notamment les personnes en situation de handicap, néanmoins l’ergonomie des plateformes administratives n’est pas toujours pensée pour convenir à leurs besoins spécifiques ;
  • Les initiatives de bénévolat, de réserviste, de mécénat de compétences se diversifient. En particulier, le don de jours de congés entre collègues se développe en signe de solidarité pour les aidants de proches malades ou en situation de handicap.

Les besoins

Les inventeurs du projet ont estimé que pourraient être utiles aux personnes en situation de handicap :

  • La promotion de l’égalité dans la différence, c'est-à-dire la reconnaissance des singularités de chacun et pour autant de l’égalité entre tous ;
  • Le développement de pédagogies inversées dans les apprentissages scolaires soit le fait d’accompagner les élèves dans la mise en œuvre pratique (exercices d’application) de contenus de cours qu’ils auront pu s’approprier à la maison. Cette pédagogie peut fonctionner en établissements ordinaires comme en établissements spécialisés.
  • L’utilisation massive de la réalité virtuelle (casques 4D) pour rendre visibles des lieux qui physiquement ne sont pas accessibles aux personnes à mobilité réduite, en EPHAD ou hospitalisés. Les visites virtuelles pourraient par exemple concerner des lieux patrimoniaux et culturels, des espaces naturels, etc.
  • La mise en place de dispositifs, de réseaux de solidarités et de réseaux sociaux pour soutenir les aidants aux personnes malades ou en situation de handicap ;
  • Des outils de médiation et de simplification des démarches administratives en lien avec la situation de handicap ou polyhandicaps ;
  • La systématisation de la co-conception et de l’évaluation de politiques publiques spécialisées avec des personnes représentatives de l’ensemble des typologies de handicap.

Les détails du projet

Le projet consiste en la conception d’une plateforme d’e-administration adaptée à une utilisation autonome par des personnes en situation de handicap.

Les démarches accessibles à partir de cette plateforme seraient essentiellement en lien avec les dispositifs de prise en charge du handicap (aide au maintien à domicile, inscription en structure spécialisée, interventions d’ergothérapeutes pour adapter l’environnement de la personne aux évolutions de ses capacités et de ses ambitions, etc.).

Les inventeurs du projet ont décrit plusieurs caractéristiques de la plateforme et services adaptés :

Un dispositif de communication en braille, le matériel nécessaire serait alors installé chez les personnes malvoyantes, qui en feraient la demande ;

  • La commande vocale ;

  • Un module de tchat en ligne avec un conseiller de la Maison Départementale des Personnes en Situation de Handicap (MDPH) ;

  • La possibilité de prendre rendez-vous en ligne avec les personnels de la MDPH et des spécialistes médicaux, éducatifs, etc.

  • La tenue d’entretiens en visio-conférence avec les conseillers sollicités. Ces entretiens seraient sous-titrés ou délivrés en langage des signes pour les personnes malentendantes. De plus, ces entretiens seraient enregistrés et la vidéo accessible pour relecture éventuelle par la personne en situation de handicap ou ses aidants.

 

Pour les inventeurs du projet, il est important que la plateforme soit attrayante, intuitive et ludique. Un travail sur des jeux de couleurs ou encore la création d’une « mascotte Mententu Matuvu » ont été évoquées comme piste de travail.

 

Le contexte

Selon les inventeurs du projet :

·         Lorsqu’une personne est non-équipée en matériel informatique et non pourvue d’accès personnel à Internet, c’est rarement par choix, mais plutôt lié à des facteurs économiques, d’illectronisme ou encore d’inadéquation du matériel aux facultés des personnes ;

·         L’expression « fracture numérique » est très répandue et de connotation négative, il serait bon de valoriser davantage les démarches et possibilités d’inclusion sociale par la littératie numérique ;

·         Des activités créatives, manuelles ou numériques peuvent aider des personnes qui vivent une situation d’apparition du handicap à surmonter cette épreuve (par exemple écriture et autoédition d’un livre) ;

·         L’utilisation de robots intelligents peut stimuler les enfants atteints de troubles envahissants du développement tel que l’autisme et favoriser leurs apprentissages ;

·         L’e-administration montre ses limites lorsqu’il n’est pas possible de recontacter les interlocuteurs avec lesquels on s’est déjà entretenus (absence de référent fixe) ;

·         Les services administratifs à distance (en ligne ou par téléphone) peuvent être particulièrement utiles aux personnes qui ne peuvent pas se déplacer aisément et notamment les personnes en situation de handicap, néanmoins l’ergonomie des plateformes administratives n’est pas toujours pensée pour convenir à leurs besoins spécifiques ;

·         Les initiatives de bénévolat, de réserviste, de mécénat de compétences se diversifient. En particulier, le don de jours de congés entre collègues se développe en signe de solidarité pour les aidants de proches malades ou en situation de handicap.

 

 

Les besoins

Les inventeurs du projet ont estimé que pourraient être utiles aux personnes en situation de handicap :

·         La promotion de l’égalité dans la différence, c'est-à-dire la reconnaissance des singularités de chacun et pour autant de l’égalité entre tous ;

·         Le développement de pédagogies inversées dans les apprentissages scolaires soit le fait d’accompagner les élèves dans la mise en œuvre pratique (exercices d’application) de contenus de cours qu’ils auront pu s’approprier à la maison. Cette pédagogie peut fonctionner en établissements ordinaires comme en établissements spécialisés.

·         L’utilisation massive de la réalité virtuelle (casques 4D) pour rendre visibles des lieux qui physiquement ne sont pas accessibles aux personnes à mobilité réduite, en EPHAD ou hospitalisés. Les visites virtuelles pourraient par exemple concerner des lieux patrimoniaux et culturels, des espaces naturels, etc.

·         La mise en place de dispositifs, de réseaux de solidarités et de réseaux sociaux pour soutenir les aidants aux personnes malades ou en situation de handicap ;

·         Des outils de médiation et de simplification des démarches administratives en lien avec la situation de handicap ou polyhandicaps ;

·         La systématisation de la co-conception et de l’évaluation de politiques publiques spécialisées avec des personnes représentatives de l’ensemble des typologies de handicap.

 

Contact