Le Tiers Lieu Universel est un espace public collaboratif et numérique qui rassemble l’ensemble des citoyens, personnes en situation de handicap ou non, autour de projets communs et d’échanges conviviaux. L’accueil au sein du lieu et l’ergonomie du matériel mis à disposition sont pensés pour pouvoir associer un public porteur, ou non, de handicaps. Dans l’esprit du « lavoir de village », on vient au Tiers Lieu Universel pour faire quelque chose pour soi (bricoler, cuisiner, s’instruire, s’amuser, expérimenter des outils numériques, …) et avec les autres, c’est un vecteur d’autonomie et de lien social.

Le contexte et les besoins du public

Selon les inventeurs du projet :

  • La plupart des e-services et des sites internet manquent d’ergonomie et sont mal-adaptés aux personnes en situation de handicap ;

  • Le matériel et les aménagements adaptés aux personnes en situation de handicap sont coûteux ;

  • De nombreux lieux publics sont encore difficiles d’accès pour les personnes en situation de handicap.

Les besoins

Les inventeurs du projet ont estimé :

  • Qu’un lieu de médiation numérique est nécessaire pour permettre aux citoyens d’être formés aux nouvelles technologies, de fabriquer des objets ou d’inventer des services, d’échanger et partager leurs savoir-faire ;

  • Que la création d’une communauté de citoyens peut favoriser les échanges, le partage, notamment entre générations et entre personnes handicapées et non-handicapées (diffusion d’informations ou encore d’offres d’emploi) ;

  • Que l’utilisation et la création par le grand public d’outils domotique et numérique (imprimantes 3D, robots, GPS, développement de logiciels, d’applications smartphone ou encore d’objets connectés) doivent être favorisées et de préférence sous licence libre ;

  • Que des services en ligne nécessitent d’être adaptés aux personnes en situation de handicap (exemple : service de covoiturage adapté).

Les détails du projet

Le Tiers Lieu Universel permet ainsi d’aborder le handicap de manière innovante, transversale et inclusive. Il doit être un lieu d’interactions sociales, de création et de développement de projets au plus proche des territoires.

Les inventeurs du projet ont imaginé que différentes activités avec différents espaces puissent coexister au sein du Tiers Lieu Universel :

  • Un Fablab c'est-à-dire un atelier de bricolage domotique et numérique dans lequel pourront être développés des objets sous licence libre ;
  • Une salle informatique ;
  • Un espace de co-working ;
  • Une cuisine partagée ;
  • Un espace détente ;
  • Une scène ouverte pour spectacles vivants (concert, pièce de théâtre, spectacle de danse, …).

Pour les inventeurs du projet, il est important que le lieu soit pensé, co-construit et animé par des citoyens bénévoles dont notamment des personnes en situation de handicap (exemple : gouvernance participative du lieu, gestion citoyenne d’un bar-café, accompagnement à l’utilisation d’outils dispensés par des citoyens, …).

Ce projet nécessite ainsi la mobilisation de réseaux associatifs sur le long terme et des ressources financières de départ et de fonctionnement importantes. Selon ses inventeurs, la réussite du projet tient donc en grande partie à la capacité de convaincre la société civile et politique d’y adhérer et d’y concourir.

Les inventeurs du projet un Tiers lieu universel : 5 hommes et femmes dans une tranche d’âge allant de 20 à plus de 60 ans.

Nous contacter