Projet n° 2 : Les ateliers de l'autonomie

À travers les ateliers de l’autonomie, il est question de diversifier le champ d’action de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) en la plaçant au coeur d’un dispositif d’animation à la fois physique et numérique. Les ateliers de l’autonomie aspirent à dédramatiser la situation de handicap en valorisant les personnes handicapées dans leur singularité, en promouvant la richesse de leurs expériences de vie et d’usages et en fédérant une communauté de solidarités.

Le contexte et les besoins du public

Selon les inventeurs du projet :

  • Les personnes en situation de handicap peuvent se sentir à la fois invisibles et isolées dans l’espace public rural comme urbain ;

  • Il existe une forme de « hiérarchisation » des handicaps du fait d’une prise en charge différenciée des pathologies notamment en termes d’accessibilité dans les lieux publics (présence de rampes d’accès par exemple mais pas de signalétique en braille) ;

  • Bien que tout un chacun puisse être confronté à une situation de handicap au cours de sa vie, le regard porté sur le handicap est souvent caricatural, méconnaissant l’opportunité d’échanges entre handicapés permanents et handicapés temporaires ou encore entre public mixte handicapé et non-handicapé ;

  • De nombreuses personnes en situation de handicap sont également confrontées aux problématiques d’insertion sociale et professionnelle ;

  • L’accès à la culture reste compliqué pour nombre de personnes handicapées et le handicap est très peu représenté sur la scène culturelle ;

  • Les enseignants des classes ordinaires sont insuffisamment sensibilisés et formés à la prise en charge d’élèves en situation de handicap ;

  • Les MDPH assurent une mission de guichet unique pour l’ensemble des procédures d’évaluation des besoins médico-sociaux des personnes en situation de handicap. Leur action est très fortement individualisée et administrative s’agissant de l’attribution des droits de compensation ou de l’orientation vers des établissements scolaires ou professionnels adaptés.

Les besoins

Les inventeurs du projet ont estimé que pour favoriser l’intégration des personnes en situation de handicap, il était nécessaire de :

  • Rendre visible et dédramatiser le handicap aux yeux des enfants comme des adultes par des médias populaires et des propositions ludiques (vidéos de « youtubeurs » reconnus par exemple) ;
  • Promouvoir un regard respectueux, tolérant et bienveillant sur le handicap en reconnaissant de manière plus positive la singularité des personnes en situation de handicap ;
  • Créer des espaces, réels ou virtuels, de partage d’expériences, de bonnes pratiques, de témoignages divers entre personnes en situation de handicap quel qu’il soit (tout type de pathologie permanente ou temporaire) afin de former une communauté de solidarités et d’émulation sociale ;
  • De s’emparer des outils numériques pour servir les problématiques susmentionnées.

Les détails du projet

Le projet consiste en un panel de dispositifs de partage d’expériences autour du handicap. Ces dispositifs pourraient être animés par la MDPH dont le rôle de guichet unique est d’ores et déjà reconnu. Il s’agirait d’intensifier son rôle d’animation. Les modalités d’accompagnement des personnes en situation de handicap, par la MDPH, se diversifieraient et bénéficieraient à un public plus large, notamment à des fins de sensibilisation sociétale.

Les inventeurs du projet ont proposé un panel de 4 dispositifs :


Un « showroom » du handicap pourrait être hébergé au sein de la MDPH permettant aux personnes en situation de handicap de découvrir et de tester des solutions d’aide à la personne qu’elles soient médicalisées, numériques, domotiques, etc. ;

  • Des jeux numériques pourraient être développés afin de sensibiliser le grand public aux particularités du quotidien des personnes en situation de handicap et contribuer ainsi à leur meilleure intégration sociétale (adaptation des applications de géocaching ou de « Pokémon Go » par exemple) ;
  • Une cartographie collaborative des lieux et parcours urbains accessibles aux personnes en situation de handicap pourrait être développée afin de favoriser les déplacements autonomes des personnes à mobilité réduite (ce qui peut relever aussi bien d’un handicap moteur permanent que d’une incommodité passagère incluant les déplacements avec poussettes pour jeunes enfants) ;
  • Une plateforme d’échanges de type réseau social ou forum pourrait être structurée pour favoriser la mise en réseau de personnes en situation de handicap désireuses aussi bien de trouver une écoute attentive que de partager les meilleures pratiques ou de « bonnes adresses ».
  • Pour les inventeurs du projet, il est important de mettre le témoignage des personnes en situation de handicap au coeur des dispositifs destinés à les accompagner. Valoriser leur expérience d’usage peut être une manière de valoriser la contribution des personnes en situation de handicap à la diversité et l’ingéniosité de notre société.

Les inventeurs du projet "Les ateliers de l'autonomie"

Nous contacter